Avec le soutien du Service Public de Wallonie
Avec le soutien de Natagora

Natagora a pour but de protéger la nature, plus particulièrement en Wallonie et à Bruxelles. Avec un grand objectif : enrayer la dégradation de la biodiversité et reconstituer un bon état général de la nature, en équilibre avec les activités humaines.
Pour cela,
nous avons besoin de votre soutien !

Faites un don !

Devenez membre !

Identification

La Salamandre tachetée est facilement reconnaissable et impossible à confondre avec une autre espèce d’amphibiens. D’un aspect général boudiné, elle mesure en moyenne 15 à 20 cm et présente un dos noir avec deux bandes parallèles de taches jaunes ou orangées plutôt allongées et irrégulières. Son ventre est plus clair, gris foncé à bleuâtre, et sa queue est cylindrique. Sa peau est entièrement luisante. Elle possède également derrière les yeux deux glandes parotoïdes formant des bourrelets jaunes. En période de reproduction, le cloaque du mâle est saillant. Ovovivipare, la salamandre ne « pond » pas d’œufs mais bien directement des larves. Elle va garder en effet les œufs dans son utérus jusqu’à ce qu’ils éclosent. Les larves se reconnaissent par la présence de taches claires à la base des pattes, face supérieure, et leur coloration gris marbré. Elles mesurent 20-30 mm à la naissance, et 55-66 mm vers la métamorphose.

Salamandre terrestre         Photo : A.Laudelout

Biologie

La Salamandre tachetée peut être active toute l’année, sauf lorsqu’il gèle la nuit. Habituellement, elle entre en repos hivernal ou en hivernation (léthargie, ralentissement du métabolisme) aux alentours du mois de novembre, et en sort vers février-mars. Elle passe généralement l’hiver dans un abri (souvent celui occupé lors de la belle saison), ou dans un milieu souterrain parfois commun à d’autres salamandres (grotte, galerie de mine, ou même cave de maison). Essentiellement nocturne, elle sort très peu la journée et ne s’active que lorsque le ciel est couvert ou sans lune, par temps humide ou après un orage, et quand la température ambiante excède 5,5°C. Elle se réfugie le reste du temps dans des abris divers (sous des souches, pierres, etc.). Elle est par ailleurs très fidèle à son abri ou son lieu d’hivernage, marquant un mode de vie plutôt sédentaire. Les adultes étant strictement terrestres, l’accouplement se déroule à terre. Seules les femelles s’immergent en partie dans l’eau pour mettre bas à leurs larves. L’ovulation et la fécondation se produisent en été, les œufs étant fécondés au sein de la spermathèque de la femelle. La période de gestation s’étend sur quelques mois, puis s’interrompt au début de l’automne. Les naissances ont alors lieu à partir de la sortie de l’hiver jusqu’en juin-juillet, la femelle posant la totalité de sa portée en une ou plusieurs nuits (une portée peut contenir 8 à 60 larves). Une deuxième période de naissance peut se produire en automne, correspondant à une deuxième vague d’accouplement (faisant intervenir les individus nés eu printemps dans ce cas). La métamorphose des larves se déroule en générale après 4 ou 5 mois de vie aquatique, et la maturité sexuelle est atteinte à l’âge de 3 ou 4 ans. Il n’est pas rare cependant que des larves passent une année entière dans l’eau avant de se métamorphoser. La longévité des salamandres est estimée à 20-25 ans. Les adultes sont protégés par leur venin et ne connaissent pas vraiment de prédateurs sérieux (certains poissons comme les truites, cannibalisme des grandes larves vis-à-vis des plus petites), leur cause de mortalité principale étant la dérive des larves dans le courant de l’eau.

Comportement

La Salamandre tachetée est essentiellement nocturne et très discrète. Elle est terrestre, mais elle retourne à l’eau pour pondre ses larves. On n’observe que très rarement les salamandres immatures.

Régime alimentaire

Les adultes consomment principalement de petits invertébrés terrestres, tels que des arthropodes, annélides ou mollusques, alors que les larves sont plutôt opportunistes, dévorant divers invertébrés aquatiques, voire même ses congénères.

Habitat

La Salamandre tachetée a une préférence pour les forêts de feuillus divers, mais on la retrouve aussi en forêts mixtes. Elle peut vivre sur des sols sablonneux secs, à conditions qu’elle soit à proximité de points d’eau pour se reproduire. Elle vit donc principalement dans les parties humides des forêts ou dans des bois marécageux, mais aussi en lisières, aux abords des villages, dans des carrières ou dans des anfractuosités de vieux murs humides, etc. Elle évite cependant les monocultures, telles que les plantations d’épicéas, les champs, etc. Les larves sont posées dans des zones de sources ou des ruisseaux frais, bien oxygénés  et peu profond, avec peu ou pas de plantes aquatiques, et généralement à l’ombre (cuvettes de ruisseaux à cascatelles en milieu forestier, etc.). On retrouve cependant aussi des larves dans des eaux stagnantes (marres, étangs forestiers, drains, marécages, flaques d’eau).